Publicités

Ajaccio, défendre la « peau du centre ville… »

commAujourd'hui cafés,  restaurants, librairies,  épiceries, sans parler des boutiques de mode, ont pour certains progressivement mis la clé sur la porte, ne pouvant pas faire face à la concurrence frontale créé par ces géants que sont Carrefour, Leclerc, Casino, Auchan etc... 

Si les supermarchés se développent, si les petits magasins ferment, c’est que les clients préfèrent les premiers et délaissent les autres. Autrefois lieux de vie, de convivialité, créateurs de lien social fort unissant les habitants d'un quartier,  ce sont les clients tuent les commerces de proximité.

C'est donc un contexte difficile pour la fédération des associations des commerçants du centre ville d’Ajaccio (FACCA) alerte sur la nécessité de redynamiser le cœur de ville Ajaccien.
 « Le mois dernier nous avons soulevé plusieurs problématiques, explique Marina Fondacci, la présidente de la fédération. En premier lieu, le congrès des pompiers a eu un impact économique désastreux sur le commerce du centre ville. Encore une fois ce n’est pas le congrès lui même ou les pompiers que nous pointons du doigt mais une organisation qui nous a privé de parking de stationnement un mois, ce qui n'a donc pas favorisé le commerce. Ensuite, nous avons connu l’ouverture de l’Atrium. Là encore nous ne fustigeons pas, contrairement à ce que l’on entend, les entrepreneurs qui développent les structures périurbaines. Il s’agit de mettre en regard notre propre développement en centre ville et d’y travailler. Pour cela, nous avons entamé des discussions avec l’ensemble des décideurs. Ainsi, nous avons été reçu par la mairie, la CAPA, la CTC, l’ADEC et la CCI. Certaines ont débouché sur des perspectives potentielles comme avec la CTC à travers un appel à projet.

...Là encore nous ne fustigeons pas, contrairement à ce que l’on entend, les entrepreneurs qui développent les structures périurbaines...

Nous voulons rappeler que les associations seront vigilantes pour sortir de l’immobilisme. Nous ne demandons en aucun cas d’être sous « perfusion » financière. Nous souhaitons que l’ensemble des décideurs soient avec nous dans une approche de développement stratégique. "

Un discours cohérent, construit, déterminé, qui doit faire face à une logique celle de l'économie qui repose d’abord sur la liberté des individus, ce sont les clients qui font vivre les magasins. C’est tout le drame de l’aménagement urbain. Bien sûr la population aime les commerces des centre-ville. Elle veut des centres piétonniers, tellement plus agréables pour se promener, des boutiques qui, sans être luxueuses, ont de la tenue, des commerces de bouche où les étals sont beaux et variés, et les produits de qualité. Dans la pratique, les mêmes veulent pouvoir se garer facilement, ce qui exclut les zones piétonnières, avoir des produits au meilleur prix, et pouvoir trouver l’ensemble de ce dont ils ont besoin dans un seul et même magasin, sans avoir à additionner les crèmeries et les boucheries pour remplir leur caddie. On aime les commerces de proximité pour la convivialité qu’ils procurent ; mais on préfère faire ses achats sur internet, parce que cela fait gagner du temps, et que l’on y trouve plus facilement des produits variés et moins chers. Entre ce que l’on désire et ce pour quoi l’on opte, il y a un écart grandissant.

C’est ainsi que se développent les centres commerciaux....le prix affiché des parkings du centre ville n'arrange rien....!

prix des parking

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

Top
%d blogueurs aiment cette page :