L’Organisation mondiale de la santé (OMS),  a appelé jeudi à mener davantage d’études sur les potentiels risques sanitaires des microplastiques, « parce qu’ils sont partout, y compris dans notre eau potable », même s’il ne semblent pas dangereux pour la santé « aux niveaux actuels ». La production mondiale de plastique a été multipliée par 3,5 en moins de 30 ans pour atteindre 348 millions de tonnes en 2017, selon PlasticsEurope, qui représente les producteurs européens de matières plastiques.

Entre 1950 et 2015, cette production a généré 6,3 milliards de tonnes de déchets plastiques, selon une étude de l’Université de Californie à Santa Barbara.
Seuls 9 % d’entre eux ont été recyclés, 12 % incinérés et 79 % accumulés dans des décharges ou dans la nature.
L’étude ne distingue pas ces deux derniers cas de figure. Une étude sur les emballages plastiques publiée en 2016 par le Forum économique mondial, une fondation organisant le forum annuel de Davos, estimait que près de 45 % des emballages qui ne sont ni recyclés ni incinérés finissent dans la nature.

Ajaccio, le vélo en ville !

Article précédent

Semaine Européenne du Recyclage des Piles

Article suivant